Guerilla jardinière | 1er mai: journée internationale du semis de tournesols!

Par Edouard Proust, Dans Actualités / Rendez-vous 0 com. ,

Champs tournesols guerilla gardening 1er mai

Pour les guérilleros jardiniers du monde entier, le 1er mai n’est pas un jour comme les autre. Il a une signification bien particulière: il s’agit du jour de l’année consacré au semis de tournesol dans l’espace public des villes.

Si vous trouvez que c’est une drôle d’idée, c’est que vous n’êtes pas encore familiarisé avec la philosophie de la guérilla jardinière (« guerilla gardening » dans sa version anglophone). Les tenants et aboutissants de ce mouvement seront bientôt explicités dans un article consacré. Mais en attendant, en voici une définition rapide.

La guérilla jardinière en quelques mots

En se référant à l’ouvrage incontournable de Richard Reynolds (également fondateur du site d’échange Guerillagardening.org), on peut lire que la guérilla jardinière se définie comme « la culture illicite du terrain d’autrui« . Dans nos pays développés, il s’agit la plupart du temps de cultiver dans l’espace public, en tant qu’espace partagé et parfois délaissé. Il est alors question d’une sorte de « reconquête » de l’espace public, bien que tous les actes de guérilla ne soient pas forcément militants: il s’agit aussi souvent de disposer d’un endroit pour pouvoir satisfaire son plaisir de jardiner alors qu’on ne dispose pas soi-même de jardin. La rareté de l’espace est le premier des principaux ennemis des guérilleros jardiniers, le délaissement constituant le deuxième.

Journée internationale du semis de tournesols

D’où provient cette date du 1er mai? L’idée de semer des tournesols partout en ville (ou ailleurs) a été lancée publiquement en 2007 par le groupe bruxellois nommé « Brussels Farmer« . Il s’agit à la base d’un groupe de 4 étudiants bruxellois. Ceux-ci se sont mis planter des tournesols dans leur ville dès 2006 en justifiant leur acte par la capacité de cette plante à surprendre en milieu urbain (grande visibilité) et ce, dans un laps de temps très court (germe et pousse rapide).

Plus encore, les Brussels Farmer décrivent les tournesol comme un véritable « antidote aux problèmes urbains: leur couleur et leur large face induisent des sentiments positifs, leurs graines peuvent servir à nourrir les oiseaux et à produire du biodiesel qui respecte l’environnement, ils s’adaptent partout et sont largement autosuffisants. Ce projet exprime le sens de la beauté, de la productivité, de la communauté ainsi que beaucoup d’optimisme » (cf R. Reynold, « La guerilla jardinière », p.58, éditions Yves Michel).

L’appel a été accueilli avec enthousiasme et le tournesol dispose aujourd’hui de sa journée consacrée. Il est fêté chaque année de par le monde à la même date.

Quelques conseils pour faire pousser

Si l’on se réfère au site « Mon jardin bio » cette fois-ci, on peut lire que le tournesol se sème en avril et mai afin d’éviter toute gelée. Il convient de placer les graines à faible profondeur (3 cm environ) et suffisamment espacées: 10 cm entre chaque graine composant une ligne et 15 cm d’espace entre les lignes (exactement comme on est habitué à les voir disposés dans les champs).

Une petite précision: les tournesols ont des racines peu profondes et sont donc fragiles au vent. La première chose est donc d’éviter les endroits trop venteux, la deuxième étant de protéger le tournesol des courants d’air lorsque celui-ci est encore petit. Pour cela, il convient de creuser des sillons suffisamment profonds (15-20 cm de profondeur) pour que la tige s’épanouisse à l’abri lorsqu’elle est encore petite. La terre du sillon est reportée sur les bords pour augmenter encore la hauteur de ce dispositif « coupe-vent ». Autre idée, soulevée par Guerilla Gardening Nante via Facebook: entourer le plan par un petit monticule de sable afin d’empêcher les gastéropodes de venir grignoter les jeunes pousses dont ils raffolent. Ils glisseraient sur cette barrière improvisée sans toutefois parvenir à atteindre l’autre côté.

En dehors de ces quelques précautions, l’entretien est léger car il convient seulement d’arroser lorsque la plante commence à flétrir. En effet, le tournesol résiste extrêmement bien à la sécheresse. Il est donc préférable de les installer dans des endroits bien ensoleillés. Vous pouvez donc tout aussi bien les semer au vent et voir ce que cela donne, sans plus de préoccupations.
Si tout se passe bien, les tournesols arriveront à maturité fin septembre. Ils sont bons à récolter alors qu’ils sèchent et courbent la tête. Bien évidemment, vérifiez bien que l’environnement ne soit pas trop pollué (sol et air) avant de vous lancer dans la récolte! Un tournesol peut mesurer jusqu’à 5 mètres si les conditions sont optimales.

Vous pouvez enfin vous reporter à cette page pour avoir des précisions sur les manifestations prévues en France, plus ou moins proches de chez vous, dans le cadre de ce 1er mai. L’association Kokopelli organise justement des journées dédiées à la semence du 1er au 4 Mai au Mas d’Azil en Ariège. Vous trouverez sur leur site de nombreuses variétés de Tournesol.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon semis et un grand plaisir à observer ces petites graines éclore seulement 3 jours plus tard. Vous serez rapidement récompensés par leur présence majestueuse au dernier endroit où l’on penserait les apercevoir, mais aussi par le regard surpris et amusé des personnes croisant en pleine rue ces nouveaux soleils les contemplant d’en haut.

smiley pour la paix dans le monde

Référence image: Cartesfrance.fr

Qu'en pensez vous ?